Nous allons là où nous porte le vent
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Ume Nagae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ume

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 19/07/2017

MessageSujet: Ume Nagae   Sam 29 Juil - 15:12


Ume Nagae



Âge : 26 ans.
Surnom : Petite ou Mignonne.
Race : Raenne
Origine : La mer de Rubis, à la surface, près de Yanxia.
Statut : Médecin et apprentie.
Résidence : Une chambre au bureau Arachne, quand ce n'est pas au refuge ou sur la plage, ou quelque part à observer les étoiles.
Aime : Le calme, l'eau, découvrir de nouvelles choses, soigner et aider.
Déteste : Perdre son temps, la barbarie, le lait chaud et la foudre.

Arsenal

- Une dague offerte par Cyrcée et retravaillée par Loki pour s'adapter à la main de la raen.
- Un arc, de type Yumi, de très bonne facture, le bois est teint en rouge et il est orné de motif doré. Elle n'en change jamais, il semble avoir une valeur particulière pour elle.

Point fort

Medecin de terrain, elle sait soigner dans l'urgence et faire face à de nombreuses situations. Son expérience lui a permis d’acquérir un certain sang froid qui la rend méthodique et très professionnelle quand elle soigne.
Miko de formation, elle a été formée à appeler aux esprits pour dissiper le néant, selon les croyances cela fonctionne ou non.
Elle semble avoir une grande affinité avec l'eau et est une bonne cavalière.

Point faible

Piètre combattante, elle semble aussi incapable d'user de magie d'occultiste et de l’élément terre. Elle a une peur bleue de la foudre et de l'orage.
De faible carrure elle encaisse très mal les coups, ainsi que l'alcool.

Détail particulier

Une cicatrice de brûlure sur la hanche droite. Il est rare de la voir, la jeune femme portant le plus souvent de quoi la dissimuler.

Apparence

De petite taille et très peu musclée, Ume a toujours été considérée comme maigrichonne et frêle, son frère et sa sœur la surnommait le moineau. La demoiselle, possède de longs cheveux couleur feu, qu'elle teint depuis peu en noir de jais, des yeux d'un vert d'émeraude, cerclé d'un fin trait noir.
Les tenue qu'elle porte sont le plus souvent de couleur blanche et rouge, composées d'un manteau, d'un short ou pantalon, de longues bottes, d'une paire de gants, ainsi qu'une ceinture comprenant plusieurs sacoche. Elle a en permanence une sacoche en bandoulière sur elle,contenant du matériel de soin et quelques cristaux de tout type, sauf foudre.
Seule exception, sa tenue de Miko.

Ce que l'on sait

Ume est un médecin de terrain en cela, il sera très dur pour elle de refuser d'aider quelqu'un dans le besoin. Douée dans son travail, elle s'applique à l’exécuter avec rigueur et professionnalisme. Elle semble suivre avec un grand sérieux l'enseignement de Nariyasu Kusushi, lui apprenant de nouvelle compétence en médecine, mais aussi en arcanisme.
Il n'est pas rare de la voir le soir, sur la plage de Brumé, s’entraînant ou observant les étoiles. Si ce n'est sur la plage, on la trouvera au refuge ou au bureau. Bien qu'il se dit qu'elle fuit régulièrement aux steppes d'Azim, parfois pour plusieurs jours.
D'un naturel très doux, elle offre le plus souvent un visage souriant et affectueux,ce qui semble compliqué de savoir ce qu'elle ressent réellement, son regard semble malgré tout parler pour elle, pour qui sait le décrypter. Derrière ce calme apparent se cachent malgré tout une détermination et une curiosité d'esprit surprenantes.

]Histoire

Il n'y a pas grand-chose à dire sur le passé de la jeune femme, ce que l'on pourra facilement apprendre :
Elle est la dernière d'une famille de trois enfants, ses parents, son père combattant et sa mère Miko, on conclut un mariage d'amour, élevant leurs enfants hors des traditions domiennes.
Elle a servi dans les conflits entre Doma et l'empire, envoyée au front pour soigner les soldats, domiens, à la base, bien que son ambition à soigner la poussât parfois à plus de zèle et ainsi à s'allier aux médicus pour sauver leurs hommes.
Elle a quitté les conflits, embarquant sur un bateau, servant comme médecin au près des réfugiés, aidant ceux qui en avait le plus besoin.
Arrivée en Eorzéa, elle s'installa en tant que médecin indépendant, afin d'obtenir des fonds pour aider les plus démunies, c'est finalement le temps qui finti par lui manquer, avant qu'elle ne rejoigne le bureau Arachne sous la houlette du Doc.


Dernière édition par Ume le Lun 18 Sep - 13:45, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ume

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 19/07/2017

MessageSujet: Re: Ume Nagae   Mer 9 Aoû - 0:18



La nuit était tombée depuis un moment, Amonra était rentré et Altan devait déjà dormir, mais le sommeil semblait la fuir. Levant les yeux, elle laissa son regard se perdre une seconde sur le ciel visible au travers de sa fenêtre. La mère veillait déjà sur les endormis et attendait patiemment que son amant ne revienne.
Se redressant dans son lit, elle replia ses genoux, grimaçante, sa main se posa machinalement sur sa hanche, Il ne l’avait en aucun cas épargnée. Relevant la main, elle baissa légèrement le tissu et jeta un coup d’œil, une large tache violacée commençait à se former à l'endroit du coup. Grimaçant elle se pencha légèrement et récupéra le baume pour venir en appliquer sur la contusion. Elle l’avait laissée soigner les plus grosses et les plus visibles, mais elle gardait celle-ci dissimulée, comme un rappel, un souvenir. La magie ne pouvait et ne devait pas tout soigner, certains coups étaient bons à prendre, pour apprendre et forger de nouveaux souvenirs.
Une fois soigné, elle se pencha de nouveau, le baume calmant quelque peu la douleur, elle récupéra son carnet ainsi qu’une plume et de l’encre. Elle posa son regard sur son paquetage entreposé soigneusement un peu plus loin, ils partiraient le soir même pour l’orient, cette terre qu’elle avait maintenant quittée depuis un peu plus d’un an. Elle avait refusé de s’y rendre avec le clan, mais pour cette fois elle n’avait pas vraiment le choix et puis elle ne pourrait fuir et se contenter de ses souvenirs toute sa vie.

« Les souvenirs d'aujourd’hui sont bien plus appréciables que ceux d’antan », cette phrase la fit légèrement sourire, elle ne lui avait pas menti en le disant. Son enfance contenait de nombreux souvenirs, certains plus agréables que d’autres, mais les souvenirs actuels appartenaient à une nouvelle vie, à sa nouvelle vie, celle qu’elle avait choisie de vivre.
Ouvrant le carnet elle prit la plume dans sa main gauche et posa un instant sa tête contre le bois du mur et ferma les yeux avant de finalement les ouvrir et de commencer à écrire.
Les mots étaient légers fluides et pourtant si lourd de sens. Paisiblement, pendant de longues minutes, le silence de la chambre ne fut rompu que par le léger grattement de la plume sur le papier. Ce besoin d’écrire semblait inexplicable, mais elle avait besoin de coucher tout cela sur papiers. Ses réflexions, ses envies, c’était une chose nouvelle, mais elle ne pouvait les confier autrement.

Elle referma finalement le carnet, y glissant sa plume et rangea le tout dans sa sacoche au pied du lit. Restant interdite un instant, elle récupéra le petit anneau aux cristaux bleutés. Amonra le lui avait confié dans la soirée et son jumeau se trouvait toujours à son doigt. Des anneaux des éthérites, Altan avait appelé cela de la triche en riant doucement, mais c’était surtout un moyen plus rapide et efficace de voyager par l'éther. Le faisant doucement tourner entre ses doigts elle vint en détacher le petit ruban blanc et rouge sur lequel elle l'avait glissé.
Elle rangea l’anneau dans son sac, garda l’autre à son doigt, puis elle attacha le ruban à son propre poignet.
Oui, il avait défendu son honneur et l’avait sauvé, Altan s’en souviendrait, mais tout ceci n’était alors qu’un jeu. Serait-il finalement capable de le défendre en dehors de ce divertissement ? Elle l’ignorait mais elle voulait lui faire confiance. Elle aurait pu le faire elle-même, mais c’était finalement entre ses mains qu’elle avait décidé de placer une part de sa vie.

Inspectant le ruban une dernière fois, elle se coucha finalement. Fermant les yeux, elle sombra rapidement dans un profond sommeil. Sa nuit fut paisible, la mère veillant toujours.
Le lendemain matin le refuge ne recevrait pas de petit déjeuner fasteux, mais les dernières foulées sur la plage de la Brumée seraient appréciées.
Revenir, elle ne doutait pas de cela, mais elle serait sans doute différente, grandit.
Le lendemain débuterait une nouvelle vie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ume

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 19/07/2017

MessageSujet: Re: Ume Nagae   Mar 29 Aoû - 21:26

Musique:
 



Le matin se levait doucement sur la Velodyna, le regard de la raenne se posa sur la rivière, un long moment, avant d’aller s’asseoir sur ce rocher derrière lequel ils avaient passé tant de temps caché, à observer et attendre un mouvement quelconque dans les Marges.
L’endroit avait bien changé, tout était plus calme. La libération avait eu lieu et bien qu’il reste des vestiges et des choses étranges à roder en liberté, le passage des réfugiés vers l’étendue de Rhahgr était bien plus fréquent.

Souriant doucement, elle posa son regard sur la grotte. Un havre de paix, voilà ce qu'elle avait été, durant leur séjour aux Marges. L’étrange binôme resté cette nuit-là aurait pu prêter à sourire. Deux aora, un peu paumés, ramené ici par le Doc, sans trop savoir pourquoi.  Y repensant elle secoua doucement la tête en riant. Ils avaient été rapportés, accrochés au bureau et à cette enquête, pratiquement en même temps, lancés dans le grand bain sans vraiment de filet et de prévention. Deux ères perdues en plein milieu d’une terre hostile.
Les choses auraient pu mal se terminer, mais finalement, cela les aura fait grandir ils sont désormais un peu moins égarés, enfin du moins ils essayent de s'en persuader.

Souriant doucement elle descendit du rocher et s’appuya, dos contre la pierre, récupéra son carnet et l’ouvrit pour écrire, sa main resta suspendue au'dessus de la page, les mots ne venant pas. Elle pencha doucement la tête en arrière et la pose contre la roche, soupirant doucement.

Pourquoi écrire ? le doc lui avait dit d’écrire ce qui lui semblait important. Certaines choses seraient-elles si importantes pour ne pouvoir les garder en mémoire ?
Certaines ont une importance telle que l’on ne les repères par tout de suite, elles se cachent, reste dissimulée et on n’ose y toucher de peur de les abimer ou de les voir disparaitre.
Il est dit que l’on ne se rend compte de l’importance d’une chose ou d'une personne qu’une fois qu’on l’a perdu. Il y a semble-t-il une nuance à cela. La perte n’est pas forcément un mal en soi, même si elle peut être douloureuse. Elle permet parfois de se  rendre compte de l’importance de chose que l’on a sous les yeux, qui étaient toujours là devant nous, avec nous, mais que l’on ne regardait pas, essayant simplement d’atteindre l’inaccessible.
L’aigle d’Hingashi s’est envolé, elle ne savait où son vol le mènerait. Il avait repris sa route, sans elle. Elle n'était malgré tout pas seule.
Redressant la tête, elle frotta doucement ses mains, venant poser son regard sur la caverne où ils avait, tous, passé tant de temps. Le Doc, Isarmaux, Keiten, Cyrcée, Altan et d'autre encore... Ils étaient encore là, elle n'avait jamais été seule.
Elle souffla un rire et son regard se teinta d'une légère mélancolie. La conversation de la veille lui revint en mémoire, elle avait accepté de l'accompagner, de suivre son chemin et de mener une barque un peu bancale au milieu d'un océan déchainé.  Elle ne savait où cela les mènerait, mais peu lui importait. L'essentiel n’est pas la destination, mais plutôt le voyage qui y mène.
Cette nuit, les étoiles et la mère, avaient été les seules témoins de cette promesse entre les deux aora. Elles seules avaient vu ses larmes, cette angoisse les étreignant et cette douce confiance les unissant.

Fermant doucement les yeux elle referma le carnet et le rangea, inspirant doucement. Les cieux nocturne l'avaient toujours apaisée et rassurée. Les étoiles... Elles sont bien étranges, bien mystérieuses et si magnifiques. Elle ne se lassait jamais de les observer et la présence des astres lui rappelait souvent combien elle était petite face à cette immensité.
Udgan, c'est ainsi qu'il l'appelait, elle ignorait toujours comment le prendre mais cela semblant finalement sonner comme un compliment. La magie et la discussion avec les dieux... Elle avait vu et avait senti, ce lien étroit qu'il entretenait avec les astres, il restait bien plus Udgan qu'elle, malgré ses dires.
La veille, elle lui avait demandé de retourner dans les steppes. Leur voyage y avait été succinct, mais le souvenir qu'elle en avait restait intact et précieux. Cette colline où ils observaient le ciel. Ce ciel aussi vaste et beau que les étendues qu’il surplombait. Cet endroit, où la mère et le père semblent en permanence sur le point de se retrouver et là où les yols taquinaient régulièrement le firmament.  
Salkhi... Ce yol... son yol, les avait amenés sur un bout de rocher, un endroit visiblement important, elle avait compris au regard du Xaela, cette douleur et cette tristesse au fond de son regard, celle que pose la disparition d'un être cher. Sans rien dire de plus elle était repartie, elle aurait voulu l'aider mais c'était.... trop tôt.
Ils y retourneraient et cette fois elle se tiendrait à ses côtés, sa main pour l'aider à avancer, son épaule pour se reposer ou bien son être pour qu'il puisse se relever et continuer.

Il se passait beaucoup de choses dernièrement, mais elle ne voulait échanger sa place pour rien au monde. Il restait parfois des souffrances et des douleurs qu'elle n'arrivait à comprendre et qu'elle supportait assez mal.
Le monde est ainsi fait, les hommes se déchirent et pensent avoir raison, peu importe le camp choisi, aucun ne semble mieux que l’autre. Cela semblait presque normal, une volonté des dieux de gérer leur propre guerre en usant de leurs propres pions... Andrew lui avait parlé, de ce dieu se vengeant des erreurs des anciens rois. Les hommes devaient prier pour éviter sa colère.

En y réfléchissant, elle se demandait si les kamis étaient mieux ? Les offrandes et les prières, pour leur présenter hommage et respect pour les avoirs froissés. Ils ne sont pas des dieux mais agissent parfois comme tel. Le destin de l'homme est-il déjà tracé d'avance, cette question tournait dans sa tête alors qu'elle se relevait pour observer les arbres marcheurs. Si leur destin était vraiment scellé d'avance, elle se battrait pour le changer. Jamais elle ne se laisserait dicter sa vie, jamais elle ne laisserait sa main semer la peine et la désolation pour les caprices d'une force divine. Elle était médecin, sauver des vies, soulager des peines...
Utopiste, elle croyait la veille encore que la bonté pouvait se trouver en chaque être. Mais cet homme et ce qu'il faisait... Il vivait bien, tranquillement, avec sa femme et ses enfants, mais il ne semblait en aucun cas s'émouvoir de détruire des vies, de prendre aux autres ce que lui gardait précieusement et ce dans quel but ? Celui d'assouvir son besoin de découverte ? Dans le but de créer l'être parfait... qu'il n'avait en aucun cas réussi à garder sous son contrôle. Des gens étaient mort et avaient souffert par sa faute, d'autres le serrons encore, mais que pouvaient-ils faire ?

Elle avait peur, peur de ce que l'homme était prêt à faire pour vivre ou simplement survivre. Peur de devoir un jour affronter cette mer déchainer seule...  Secouant doucement la tête elle se remit en route, retournant vers ce havre de paix. Elle n'était pas seule et qu'importent les obstacles, une main se tendra sans doute pour l'aider à le traverser, peu importe que sa barque tangue et se renverse, ils ne la laisseront pas couler. Elle avait confiance en eux, en lui... Ils continueraient d'avancer, Ensemble.

Marchant d'un pas léger, elle laissa le soleil levant venir doucement baigner son visage d’un faible éclat de lumière. Ses yeux se fermèrent un instant, les horreurs imaginées la veille revinrent l’assaillir. Quelle folie avait pu guider la main de cet homme et des autres semblables...
Ouvrant les yeux, elle s'arrêta et leva doucement les yeux vers le ciel. Aujourd’hui serait un jour nouveau. Les souvenirs de la vielle restaient, marquant de leur empreinte mélancolique le cœur de la jeune raenne.
Laissant le père baigner son visage un instant, elle imprima sur ses lèvres un sourire doux. La peur était toujours présente, mais elle ne pouvait la laisser l'envahir. Reprenant sa route, elle entra sous le couvert rocheux. Elle devait penser à elle, ne pas enfouir cette peine et cette peur, mais c'était trop dur. Arrivant au bout du couloir elle posa son regard sur lui, son sourire toujours ancré aux lèvres, mais il devinerait, il devinait toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ume

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 19/07/2017

MessageSujet: Re: Ume Nagae   Lun 23 Oct - 19:49

Musique:
 


    Le matin n'était pas encore levé quand la jeune femme se réveilla ce matin-là. S'extirpant avec douceur et discrétion des bras du Xaela endormit à ses côtés, elle vint s'asseoir sur le bord du lit, restant une seconde immobile et silencieuse. La soirée de la veille avait été éreintante, ses épaules commençaient à faiblir sous les poids s'accumulants. Sans un bruit, elle vient récupérer son doublet, qu'elle enfila, posant ses pieds nus sur le carrelage froid de l'infirmerie. Cela faisait maintenant trois jours qu'ils restaient ici, l'un se reposant, l'autre veillant sur le premier. Toujours assise, elle récupéra sa sacoche, posée non loin, fouillant dedans pour en ressortir un carnet. Les pages demeuraient vierges, à l'exception des deux premières, cela faisait un moment qu'elle n'avait pas écrit, ne s'était pas exprimée. Récupérant une plume, elle ouvrit le carnet et nota sur sa troisième page :


Entrée du 25e soleil de la cinquième lune Ombrale.

Cyrcée est sauvée...


    Aucun autre mot. Soupirant doucement, elle referma le carnet, le posa sur la petite table de chevet à coté du lit et posa sa plume par-dessus. Fouillant de nouveau dans sa sacoche, elle récupéra son mémoquartz, peut-être serait-il plus simple de s'exprimer à l'oral. Le serrant doucement dans sa main, elle se leva, se dirigeant, toujours en silence, vers l'extérieur de la bâtisse. Posant ses pieds nus sur la pierre froide des marches du local, elle frissonna légèrement, l'été s'était enfuie et les nuits dans le Thanalan restaient fraîches. Resserrant son doublet, elle continua son chemin, tenant toujours le memoquartz dans sa main. Elle franchit le seuil de la bâtisse, s'arrêtant juste à côté, son regard se posant sur le ciel étoilé du désert. Elle s'était tenu à ce même endroit, il y a maintenant quelques semaines de cela, faisant la connaissance de cette raenne dont elle avait si longuement entendu parler, cette autre page à tourner ou à écrire, elle ne savait pas encore. 
Soupirant doucement, elle s'assit sur le muret, le regard toujours vers le ciel et ce vide obscur devant elle. Au-dessus de sa tête, la mère éclairait les cieux, veillant avec douceur. Elle posa finalement son regard sur l'objet dans sa main, l'inspectant un instant, le positionnant sur un enregistrement personnel. Ce qu'elle dirait ne sera pas partagé, cela restera simplement gravé dans la mémoire de ce mémoquartz, aussi léger et éphémère que les mots eux-mêmes.


Fermant les yeux une seconde, elle souffla doucement avant d'ouvrir ses paupières et d'activer l'enregistrement.


    Nous sommes aujourd’hui le 25e jour de la 5e lune ombrale et... Cyrcée est désormais sauve. *Son regard fuit l'objectif, se posant sur l'horizon, elle se pince les lèvres, son visage exprimant une légère tristesse* Je... je ne sais qu'en penser... Je l'ai sauvée, Shujaa s'est sacrifiée pour cela, justifiant le fait de retrouver son amour... Ce qui devrait être une joie, se transforme finalement en un adieu. *Elle secoue doucement la tête visiblement troublée* Je ne sais plus en quoi je dois encore croire... Je suis devenue une Udgan, de la tribu des Mols... L'Oracle me dit de me fier à mon instinct et à ce que me dit la mère, mais en ce moment, mon chemin n'est jonché que de malheurs, de douleurs et d'adieux.

    J'ai sauvé une vie hier soir... mais combien m'ont échappé ces derniers jours. Je me réjouis d'avoir sauvé Cyrcée, mais la douleur de D'Heyra, la mort de cet enfant... les hurlements de Keiten. *elle grimace légèrement, son regard se troublant un peu plus* J'ai toujours eu foi dans la bonté des gens, je les ai toujours tous placés au même niveau, peu importe ce qu'ils avaient fait, mais aujourd’hui, les choses semblent changer. Je ne suis personne pour décider de l'importance d'une vie sur une autre et pourtant... Cette colère froide qui m'a envahie en le voyant souffrir de la sorte, cette inquiétude permanente qui me saisie, quand je le vois souffrir ou douter, cette peur permanente de le voir disparaître ou partir. Petit à petit, je ne sais comment, sa vie a pris plus d'importance que toutes autres... je me fie plus à ma main dans la sienne qu'à la route que m'indique Naahma. *un léger sourire apparaît sur ses lèvres, alors que son regard se lève, pour observer le ciel, laissant un rayon de lune baigner son visage.*
     J'ai l'impression parfois de faiblir, que mes idéaux ne sont plus les bons, que je dois changer et c'est finalement, avec une facilité déconcertante qu'il me redonne l'espoir, l'envie d'y croire, d'avancer et de ne pas m'abandonner... de ne pas... nous abandonner...

    Tout ceci pourrait paraître anodin, mais il semblerait qu'il ne soit pas le seul... J'ai laissé Shujaa se sacrifier sans état d'âme, la laissant partir pour sauver sa semblable, la vie de Cyrcée valait elle la sienne ?
     Et Keiten... ? Ces dizaines de morts... *elle secoue légèrement la tête* Une vengeance froide et amère, il les a décimé, sans distinction, certains diront qu'ils n'ont eu que ce qu'ils méritaient, mais... comment peut ont juger du mérite ou non, quand cela concerne la mort de quelqu'un... Peut-être me suis-je trompée de camp... Je ne sais ce qu'ils feront une fois ce cristal en leur possession... je sais ce qu'ils ont fait à mon ami... mais... *soupire doucement* nombre de leurs proches ont aussi disparu. Keiten me disait que l'homme l'ayant torturé, avait à peine 20 ans, ce n'était qu'un enfant, il avait choisi son camp, bon ou mauvais, je l'ignore... Je devrais penser mauvais... il a torturé mon ami, me laissant impuissante assistée à cela.   Je lui en ai voulu, sur le coup... je voulais le voir souffrir, comme il le lui faisait... et pourtant, je t'ai recommandé leurs âmes pour que tu les accueilles à tes côtés. 

    *Elle ferme les yeux, laissant échapper quelques larmes silencieuses, avant de murmurer* Naahma... aide-moi... je t'en prie. Je ne sais de quelle manière je dois continuer. Ma place est à ses côtés, je le sais... mais où tout cela nous mènera-t-il.? Suis-je entrain de nous égarer ? J'ai toujours assuré qu'ensemble nous ne sombrerons pas... mais je commence à douter... *d'autres larmes s'échappent de ses yeux clos, sa voix devient un murmure presque imperceptible* J'ai peur... Tout simplement... tout s’enchaîne, le temps ne nous laisse aucun répit, je ne porte sur moi aucun stigmate physique, mais le poids commence à être lourd. J'ai beau me tenir droite, sourire et faire comme si tout allait bien, comme si rien ne me touchait... continuer à sourire, pour eux... mais tu le sais Naahma. et il le voit... Vous savez tous deux lires en moi, voir ce que je n'arrive pas à exprimer...

    *Les larmes coulent doucement sur ses joues, venant tomber sur la pierre froide de la coupe, elle ne cherche même pas à les essuyer. Elle ouvre de nouveau les yeux, gardant son regard posé sur le ciel, sa voix reprenant un peu d'assurance.* Alors dis-moi, Mère, toi qui veilles sur nous chaque nuit, toi qui est témoins chaque jour de l'union d'un de tes fils et d'une des filles de ton amant... toi qui veilles sur mes pas à chaque instant, toi qui as vu ses larmes coulées lors d'un adieu à son aimé... Dis-moi, que devons-nous faire...? continuer d'y croire ? Avancer ? Dans quel but ? Si une vie en vaut dix autres... Mes convictions valent-elles la peine... ? Je suis perdu Naahma... je fais une piètre Udgan. incapable de lire tes signes, incapable d'utiliser la magie des étoiles... *Elle secoue doucement la tête, avant d'esquisser un sourire, son regard se posant enfin sur le mémoquartz

     Je ne suis qu'une fille d'Azim, une parmi tant d'autres... les flots m'ont offert leurs bénédictions... les étoiles t'ont offert la leur... toi fils de Naahma. Je ne sais si un jour le père et la mère pourront être réunis... mais en attendant, je continue de croire qu'ils ne sont pas étrangers à notre union. *un léger rire, dans un souffle* mais comme tu le dis si souvent, les voix des dieux sont impénétrables, qui sait ce qu'ils pensent vraiment...
    Tu m'as dit un jour, que les guerriers des steppes étaient libres, et que de ce fait... tu étais libre de vouloir rester, là où se trouvait ton foyer, à mes côtés. Je ne sais si je me suis exprimée ce jour-là... les mots sont volatils, ils se perdent parfois et s'oublient, mais ceux-là sont resté ancré dans ma mémoire et... le bonheur qui m'a traversé à ce moment à été tout simplement inexplicable... par de simples mots.
    Tout ce que je pourrais dire, ne te rendrait en aucun cas justice, ni même à mes sentiments... S'il fallait placer un mot, je dirais simplement, merci... à la Mère et au Père et à tous ces gens qui nous ont fait nous rencontrer... Mais je crois que le mot qui serait le plus représentatif serait tout simplement "je t'aime"...


    un dernier sourire, comme presque désolée ou un peu gênée, ses yeux parlant bien plus que ses paroles, offrant ce regard qu'on lui connaît, sa douceur et son amour pour son amant. Elle viendra finalement couper le mémoquartz, avant de le serrer de nouveau dans sa main. Frissonnant légèrement, elle se redressa, retournant à l'intérieur de la maison, prenant rapidement le chemin de l'infirmerie où le Xaela dormait encore. Posant son regard sur lui, elle esquissa un tendre sourire, avant de glisser le mémoquartz à coté de l'oreiller du jeune homme, le laissant clignoter, annonçant un message nouvellement enregistré. Elle déposa un léger baiser sur sa tempe avant de se faufiler à l'extérieur de la salle de soins. Descendantles escaliers de la batisse, elle se dirigea vers les cuisines afin de préparer un petit déjeuner digne de ce nom. Leur séjour ici n'était pas encore terminé, mais elle commençait à s'y faire, il serait toujours temps de remercier Opale pour son hospitalité, un peu plus tard, quand ils seraient sur pied...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ume Nagae   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ume Nagae
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Nomades :: Les Dossiers des Nomades - [Partie RP] :: Les Nomades :: Fiches Persos-
Sauter vers: